Alain Jean-Mairet » L’effondrement de l’Europe?

L’effondrement de l’Europe?

Cette question abrupte constitue le titre d’une conférence internationale qui se tiendra dans les heures qui suivent à l’université de Pepperdine, en Californie. Voici les titres des conférences et des débats, avec les noms des orateurs et des panélistes:

La nature de la menace pesant sur l’Europe et son impact sur les États-Unis
Mark Steyn

Quel a été le rôle de l’Islam et de la bureaucratie de l’UE dans l’origine de l’effondrement?
Animateur: Mark Steyn
Panélistes: Greg Davis, Ayaan Hirsi Ali, Ibn Warraq, Philippe Karsenty

Eurabia: la domination musulmane de l’Europe est-elle inévitable? 
Animateur: Andy Bostom
Panélistes:  Greg Davis, Ayaan Hirsi Ali, Daniel Pipes, Henryk Broder, Leon de Winter

Démographie, immigration et le dilemme de l’assistance sociale 
Animateur: Roberta Seid
Panélistes: Afshin Ellian, Mark Steyn, Claire Berlinski, Marc Cogen

L’antisionnisme et l’antisémitisme en tant qu’outils de pression politique 
Animateur: Larry Greenfield
Panélistes: Dennis Prager, Douglas Murray, Phyllis Chesler, Philippe Karsenty

L’Europe est-elle condamnée à la stagnation économique? 
Animateur: Richard Mc Donald
Panélistes: Sally McNamara, Robert Kaufman, Arnaud Dotézac, Brian Carney

Droits civils ou djihad mondial? Les Musulmans exploitent-ils le processus démocratique pour éroder et détruire la démocratie en Europe?
Ayaan Hirsi Ali

Effondrement de la confiance: à quel point les Européens ont-ils abandonné leur propre civilisation?
Animateur: Hugh Hewitt
Panélistes: Claire Berlinski, Leon de Winter, Daniel Pipes, James Q. Wilson

Le multiculturalisme et son impact sur la société démocratique
Animateur: Lores Rizkalla
Panélistes: Mark Steyn, Ibn Warraq, Sally McNamara, Douglas Murray

La fin des Lumières européennes et la progression vers un intellectualisme obtu
Animateur: Avi Davis
Panélistes: Leon de Winter, Henryk Broder, Philippe Karsenty, Afshin Ellian, Marc Cogen

La société européenne post-chrétienne et son miroir aux États-Unis
Animateur: Rabbi David Baron
Panélistes: Claire Berlinski, Greg Davis, Phyllis Chesler

Les répercussions politiques et morales de l’affaissement de l’Europe
Animateur: David Horowitz
Panélistes: Robert Kaufman, James Q. Wilson, Brian Carney, Arnaud Dotézac, Daniel Pipes

Quelles mesures peuvent-elles être prises aux États-Unis pour répondre aux problèmes de l’Europe?
Hugh Hewitt

Et, lundi matin, à huis clos:

Politique et stratégies légales destinées à combattre l’Islam militant en Europe et aux États-Unis

L’un des panélistes, Arnaud Dotézac, est professeur de droit en Suisse. Voici l’un de ses articles, sur precaution.ch: Le droit de prêcher une religion, jusqu’où?

SITA un moment, SITA un timbre alors participe à l'opération SITA !

Comments

  1. ftouh souhail
    June 10th, 2007 | 1:36 pm

    5 JUIN 1967 ; LA DEFAITE DE LA DOCTRINE

    40 ans après la défaite des pays arabes, le 5 juin 1967
    La question qui toujours légitimement se poser est de savoir pourquoi les
    palestiniens naissent, vivent et meurent sans projet politique, sans vision philosophique de société, sans réalisations artistiques ou autres témoignages que la fabrication d’engins explosifs, les candidats au suicide, les tirs de roquettes ou, au mieux, les pierres jetées sur les véhicules israéliens.

    La raison en est simple : le peuple palestinien a été façonné dans les années 60, par la Charte de l’OLP (approuvée le 17 juillet 1968) qui ne traite, dans ses 33 articles, que de la nécessité de libérer la Palestine de toute présence juive.

    Aujourd’hui, deux générations de palestiniens se sont succédées sans que la Charte de L’OLP n’ait produit de résultat escompté.

    Aussi, les Palestiniens ont-ils puisé dans le Coran de nouveaux fondements à l’éviction
    des Juifs de Palestine. Désormais, appuyés par la charte du Hamas du 18 août 1988, ils peuvent poursuivre, sans répit, la lutte contre les juifs mécréants (I), d’ autant que le texte sacré (des musulmans) décrit parfaitement la noirceur de l’âme juive (II).

    I. SELON LE CORAN, LES JUIF SONT DES MECREANTS

    Dans le Coran, les juifs ont été préférés aux autres nations : « Ô fils d’Israël, souvenez vous des bienfaits dont je vous ai comblé » (sourate 2 verset 40) ; « nous avons apporté aux enfants d’Israël le Livre (la Tora), la sagesse et la prophétie et nous les avons préféré aux autres peuples » (sourate 45 verset 16). « Souvenez vous, nous vous avons délivré des gens de Pharaon qui vous infligeaient de cruels supplices » (sourate 2 verset 49).

    Néanmoins, le peuple juif n’a pas voulu entendre l’intégralité du message religieux en retirant de la Tora, l’annonce de la venue du Prophète Muhammad : « Nous avons donné le Livre à Moise mais ils se mirent à se disputer son propos » (Sourate 11, verset 110-111). « Lorsqu’on leur dit « croyez à ce que Dieu a révélé », ils répondent « nous croyons aux écritures que nous avons reçues » (sourate 2 verset 90-91).

    Plus grave, les juifs ont trahit la parole divine : « les juifs altèrent la parole de Dieu après l’avoir comprise » (Sourate 2 verset 75) et « substituent d’autres paroles à celles prononcées » (sourate 7, verset 162). « Ils embrouillent les mots et calomnient la Vraie religion. Dieu les a maudit à cause de leur incrédulité » (Sourate 4 verset 46).

    De même, ils ont violé le pacte passé avec le Ciel : « nous avons conclu avec eux un pacte solennel mais ils violaient leur pacte (sourate 4 verset 154-155). « A l’exception de peu d’entre vous, vous vous êtes détournés de nos commandements » (sourate 2 verset 83).

    Dans ces conditions, la sanction est terrifiante : « ils (les juifs) encourent la colère de Dieu pour avoir vendu leur âme à un vil prix » (sourate 2 verset 90-91) et «dans l’au-delà ils subiront le châtiment du feu parce qu’ils se sont dressés contre Dieu et son envoyé » (Sourate 59, verset 3-5 ; Sourate 3, verset 181-181). D’ailleurs, « les juifs ont été maudits par la bouche de David » (sourate 5 verset 78) et par Dieu lui-même : « Nous les avons maudits et endurcis leur cour » (Sourate 5 verste 13 ; Sourate 5 verset 64).

    Voici donc que les palestiniens se sont trouvés une nouvelle utilité en essayant de défaire les traîtres de l’humanité et en aidant le Ciel à se débarrasser des mécréants.

    D’ailleurs, le Coran a prévu, contre les juifs l’envoi de « quelqu’un » chargé de leur faire payer leurs actes : « Ton seigneur a déclaré qu’il enverrait contre eux (toujours les juifs) quelqu’un qui leur fera éprouver des maux terribles jusqu’au jour de la résurrection (sourate 7, verset 167).

    En tout état de cause, les actes des palestiniens ne seront jamais assez durs, compte tenu de la noirceur inqualifiable de l’âme juive.

    II. SELON LE CORAN LES JUIFS CUMULENT LES DEFAUTS DE LA NATURE HUMAINE

    Les palestiniens s’instituent en fin de compte, le « bras vengeur » de l’Islam dans le combat à mener contre les juifs, ennemis de Dieu.

    Toutefois, et de manière purement pédagogique, il convient au préalable de plonger les palestiniens dans la frustration et d’empêcher de s’épanouir la dimension humaine qui les anime pour leur permettre d’imputer aux juifs la vie de misère dans laquelle ils évoluent.

    Ainsi, les palestiniens doivent se sentir victime d’injustice puisque dans le Coran il est dit : « les juifs sont injustes » (sourate 2 verset 92).

    Par ailleurs, les palestiniens peuvent assassiner les juifs puisque ces derniers n’ont aucun respect de la vie: « (s’adressant aux juifs) Quand vous vous êtes engagés envers nous à ne pas répandre le sang de vos frères, à ne point les bannir vous avez accepté. Cependant vous vous êtes entretués vous avez expulsé une partie d’entre vous hors de votre pays, vous vous entendez pour les accablez d’injures et les opprimer. S’ils deviennent vos captifs, vous les rançonnez alors qu’il vous était interdit de les chasser » (Sourate 2 verset 84 85).

    Ce verset est très utile pour les palestiniens qui se considèrent maltraités, emprisonnés, assassinés ou chassés au mépris d’une interdiction religieuse.

    De la même manière, les palestiniens doivent sanctionner les juifs pour leur « soif de vivre ». En effet, selon le Coran, les Juifs sont avides de vivre et refusent de mourir alors même que Dieu en aurait décidé autrement : « Tu les trouveras plus avide de vivre que tous les autres hommes, que les idolâtres même. Tel d’entre eux désire vivre mille ans mais cela ne lui évitera pas le supplice car Dieu voit parfaitement leur action » (sourate 2, 95-96). En tout état de cause, « la mort que vous fuyez va vous rencontrer » (sourate 62 verset 8).

    Une fois encore, ce verset est fondamental pour les palestiniens qui eux se considèrent empêchés par les juifs, du droit élémentaire de vivre.

    Le Coran critique également le mode de vie des juifs et pour ce qu’il en est de la fortune des juifs, elle n’est pas accidentelle puisqu’ils pratiquent « l’usure » (sourate 4, verset 161).

    En réalité, il n’est même plus possible de considérer les juifs comme des hommes dans la mesure où ils ont perdu tout sens de l’humanité : « vos coeurs se sont endurcis et sont comme des rochers et plus durs encore » (sourate 2 verset 74).

    Aussi, le Coran considère-il les juifs comme des animaux : « ceux qui ont été chargé de la Tora mais qui ne l’ont pas observée ressemblent à l’âne qui porte des livres, quel détestable exemple … » (sourate 62 verset 5). De même, « Quand ils s’insurgèrent contre nos interdits, Nous dîmes «devenez des singes répugnants » (Sourate 7, 165-166).

    Enfin, pour ce qu’il en est du contexte géopolitique contemporain, certains versets du Coran sont particulièrement éloquents.

    Il en est ainsi par exemple de la clôture de sécurité que les palestiniens tentent de détruire ou d’endommager : « ils n’oseront vous combattre que retranchés derrière des fortifications ou des remparts » (sourate 59, verset 14-15).

    De même, dans la relation des israéliens avec les américains, on peut trouver dans le Coran : « tu verras un grand nombre d’entre eux (toujours les juifs) se lier avec les infidèles » (sourate 5 verset 79-80). « S’ils (les juifs) croyaient en Dieu, au prophète, et à ce qui lui a été révélé, ils ne prendraient pas les mécréants pour amis » (sourate 5, verset 81). En effet, les chrétiens sont également considérés dans le Coran comme des infidèles : « nous avons accepté l’engagement de ceux qui se disent Chrétiens mais ils ont aussi oublié une partie des avertissements reçus » (sourate 5 verset 14).

    En fin de compte, les palestiniens se considèrent comme la Géhenne que Dieu a assigné aux infidèles pour être leur prison (Sourate 17 verset 8).

    Il convient toutefois de ne pas sombrer dans le catastrophisme : les pays européens ont également été confrontés au fanatisme religieux à différentes époques mais le bon sens a fini par l’emporter.

    Alors, gageons que les palestiniens ne mettent plus trop de temps à se réveiller de la doctrine qui leur a mené d’une défaite à une autre

    Ftouh Souhail , Tunis

  2. June 15th, 2007 | 8:57 am

    […] à la rencontre, à Pepperdine, d’Arnaud Dotézac, professeur de droit en Suisse, et d’un membre de Vigilant Freedom / […]