Coordonnées de l'auteurGuide politiquement incorrect de l'IslamComment vaincre l'Islam démocratiquementAccueil

Pas d’Islam sans assassins d’apostats

Le mieux pour s’en convaincre est sans doute de lire le Coran en y cherchant les incitations à haïr, maudire, abattre, décapiter, torturer, punir, amputer, fouetter, chasser, réduire en esclavage, humilier, exclure, injurier et ostraciser explicitement sans pitié tous les non-Musulmans, avec une hargne toute particulière pour ceux qui l’ont été un jour (que ce soit vrai ou pas). Le résultat de ce survol sera conforté par une autre recherche ciblée, dans ce même ouvrage, des passages qui inspirent une attitude fraternelle envers les non-Musulmans — il n’y en a aucun. Quiconque place sa foi dans cet amas d’immoralité devient un ennemi déclaré de la majorité des vivants. Au nom d’un mirage de bédouin.

La deuxième meilleure manière de s’en convaincre consiste à étudier les manuels de droit des différents collèges de jurisprudence islamiques, qui tous prévoient la peine de mort pour apostasie. Tout simplement parce qu’aucune autre peine ne correspond au contenu du Coran, que les juristes connaissent mieux que personne.

Et la troisième manière, la moins fiable mais la plus aisément médiatisable, est de suivre les anecdotes qui jalonnent l’évolution de l’Islam actuel. Ainsi, tout récemment, il y a l’histoire très parlante de cette jeune fille britannique injuriée, battue, menacée de mort et chassée de chez elle par son père et sa mère, tous deux musulmans, parce qu’elle a choisi de faire usage de sa liberté de conscience pour devenir chrétienne. Le cas est pertinent car la famille n’a apparemment rien de fanatique — pas d’obligation de porter le voile, pas d’interdiction de fréquenter l’université. Mais quand les parents découvrirent que leur fille n’était plus musulmane, ils la déclarèrent «pire que la boue de leurs chaussures».

Et il semble qu’en Islam même, cette position bornée et rétrograde soit très largement répandue parmi les jeunes gens, comme le montre ce débat télévisé avec sondage diffusé récemment par la TV saoudienne (cliquer sur l’image pour visionner l’émission):
 

Plus de 70% des jeunes gens qui se sont exprimés dans ce cadre (transcription) estiment qu’un Musulman n’a pas le droit de quitter sa religion, malgré l’attitude manifestement libérale de l’animateur et du personnage le plus charismatique de l’émission, Gamal Al-Banna. Et lorsque le responsable religieux (sur l’image) se félicite de cet excellent résultat, les jeunes gens présents sur le plateau applaudissent avec enthousiasme.

Peut-être est-ce une mise en scène, mais force est de constater qu’elle s’inscrit parfaitement dans la ligne du Coran, de ses interprétations les plus solides et consensuelles et du spectacle navrant que donnent d’elles-mêmes les communautés musulmanes du monde entier dès que leur religion prend de l’importance parmi elles. Et le phénomène continue de prendre de l’ampleur, à mesure que progresse l’alphabétisation. Car ce qui est malsain, irrémédiablement mauvais, dans l’Islam, c’est la parole de son soi-disant dieu.

UPDATE: Les tueurs d’apostats ont aussi leurs extrémistes, qui abattent des femmes pour des questions vestimentaires:

BAGDAD – Des vigiles religieux ont tué au moins 40 femmes cette année dans la ville de Bassora, au sud de l’Irak, en raison de leurs habitudes vestimentaires. Leurs dépouilles mutilées ont été retrouvées avec des notes mettant en garde contre «les violations des enseignements islamiques» (…).

Comments

  1. PHILCO
    December 10th, 2007 | 10:54 pm

    Pouvez-vous me citer la sourate qui prescrit la mise à mort de l’apostat?
    AJM: Cette question est traitée ici: http://www.ajm.ch/wordpress/?p=822

    “Le résultat de ce survol sera conforté par une autre recherche ciblée, dans ce même ouvrage, des passages qui inspirent une attitude fraternelle envers les non-Musulmans ”
    Comment expliquez-vous qu’il a toujours mieux valu être juif en terre musulmane qu’en terre chrétienne (terre chrétienne= société confessionellement chrétienne)? Pourquoi l’antisémitisme est-elle une invention chrétienne?
    AJM: Vous vous leurrez. Le prophète a pillé, chassé, massacré et réduit en semi-esclavage la presque totalité des Juifs à sa portée et il a rempli le Coran de médisances à leur encontre (dont l’une inclue dans la principale prière des Musulmans, à répéter au moins 17 fois par jour: http://precaution.ch/wp/?p=351 ). L’antisémitisme est de toute évidence aussi, au moins aussi, une invention musulmane: http://www.ajm.ch/wordpress/?p=918

    Ce que vous rapportez n’est pas du tout une attitude propre à l’islam. La société européenne chrétienne d’avant la Révolution partageait exactement la même conception du non chrétien que celle actuellement de l’islam envers le non musulman. Quel était le sort réservé aux athées d’alors???? Quel était le sort réservé aux juifs d’alors? Je sais que vous allez répondre qu’il s’agit d’une attitude sociale datant de 3 siècles. Certes, mais cela prouve simplement que l’attitude de l’islam actuel n’est qu’une question d’évolution et non de nature sui generis.
    AJM: La “société chrétienne” ne pouvait pas baser son ostracisme sur les injonctions de son personnage religieux central, de sorte que son évolution (sociale) lui a permis de faire amende honorable et de s’améliorer sans renoncer à sa foi. Dans l’Islam, c’est le contraire — c’est lorsque les Musulmans respectent les bases de leur religion qu’ils deviennent terroristes, djihadistes, suprématistes, cruels, esclavagistes, haineux. Car c’est là l’exemple et la substance même du message du prophète.

  2. PHILCO
    December 10th, 2007 | 11:59 pm

    “AJM: Cette question est traitée ici: http://www.ajm.ch/wordpress/?p=822
    C’est bien ce que je dis: il n’existe aucune sourate dans le Coran à l’appui de la mise à mort de l’apostat. Vous êtes obligé, pour justifier votre haine, de recourir aux hadiths qui n’ont pas le même statut de sacralité que le Coran.
    AJM: Ma haine? Mais ce sont les Musulmans qui ont appliqué cette peine de mort, depuis plus de mille ans. De manière totalement consensuelle parmi les collèges de juristes. Je ne propose pas de tuer qui que ce soit pour des questions d’opinion, moi. Et il est faux de dire que le Coran ne contient pas de justification à cette peine. Simplement, le hadith utilisé confirme parfaitement le message du Coran en indiquant textuellement, en une simple phrase très brève, à la fois le crime et la peine (de mort), de sorte que les savants s’y réfèrent par raccourci. Mais leurs réflexions, à eux, ne s’arrêtent pas là. Si le Coran ne le permettait pas, ne l’encourageait pas, ne proposait pas des exemples de règles générales dans ce sens (et les Juifs en sont le meilleur exemple, pusqu’ils sont censés avoir trahi la vraie religion, c’est-à-dire l’Islam), il aurait été impossible de réunir des consensus systématiques sur ce point dans toutes les écoles juridiques de l’Islam.

    “AJM: Vous vous leurrez. Le prophète a pillé, chassé, massacré et réduit en semi-esclavage la presque totalité des Juifs à sa portée et il a rempli le Coran de médisances à leur encontre (dont l’une inclue dans la principale prière des Musulmans, à répéter au moins 17 fois par jour: http://precaution.ch/wp/?p=351 ). L’antisémitisme est de toute évidence aussi, au moins aussi, une invention musulmane.”
    Je ne nie aucunement que les musulmans n’aient eu des intentions aggressives dans certains moments de leur histoire envers les juifs.
    AJM: Ici, je ne dis pas “les Musulmans” — je dis “le prophète”. Imaginez que Jésus ait passé neuf ans de sa vie à maudire, à faire la guerre, à massacrer, à amputer, à torturer, à piller, à réduire en esclavage. Et que les Évangiles insistent lourdement pour en faire un modèle parfait.

    Je vous dis seulement que ce sont les chrétiens qui furent les inventeurs de l’antisémitisme. Jamais il n’y a eu l’équivalent de l’Inquisition en terre d’islam, par exemple, qui visait à l’éradication du judaisme et de l’islam, entre autre, en terre catholique.
    AJM: L’Inquisition visait la purification du Christianisme uniquement au sein de la Chrétienté. L’Islam connaît également ce concept, qu’il nomme le takfir. Et l’Islam a le djihad, qui vise à imposer la domination de ses lois dans le monde entier.

    La théorie de la “limpieza de sangre” est bien de l’Inquisition espagnole, non? C’est de cette tradition antisémite qu’est naît l’idéologie la plus monstrueuse jamais inventée par les hommes: le nazisme. Rien d’équivalent en islamie. Comment l’expliquez-vous?
    AJM: Le nazisme me paraît bénin comparé à l’Islam. Voulez-vous que nous en comparions les impacts respectifs?

    “AJM: La “société chrétienne” ne pouvait pas baser son ostracisme sur les injonctions de son personnage religieux central, de sorte que son évolution (sociale) lui a permis de faire amende honorable et de s’améliorer sans renoncer à sa foi. Dans l’Islam, c’est le contraire — c’est lorsque les Musulmans respectent les bases de leur religion qu’ils deviennent terroristes, djihadistes, suprématistes, cruels, esclavagistes. Car c’est là l’exemple et la substance du message du prophète.”
    D’après vous Mohammed VI, commandeur des croyants, serait-il “moins” musulman que Ben Laden???? Que je sache, l’immense majorité des musulmans n’est ni terroriste, ni cruelle, ni esclavagiste, non?
    AJM: Mais ce n’est pas grâce à une décision des Musulmans. La charia, qui fait de tout cela autant de qualités, n’a été abrogée dans les pays musulmans que par les colonialistes (et par Atatürk). Jamais encore des Musulmans n’ont décidé par eux-mêmes de renoncer à ces horreurs. Et depuis bientôt un siècle, cette ignoble idéologie reprend toujours davantage d’importance et d’influence. L’Islam revient à ses sources.

  3. PHILCO
    December 11th, 2007 | 6:21 am

    1/« AJM: Ma haine? Mais ce sont les Musulmans qui ont appliqué cette peine de mort, depuis plus de mille ans. De manière totalement consensuelle parmi les collèges de juristes. Je ne propose pas de tuer qui que ce soit pour des questions d’opinion, moi. Et il est faux de dire que le Coran ne contient pas de justification à cette peine. Simplement, le hadith utilisé confirme parfaitement le message du Coran en indiquant textuellement, en une simple phrase très brève, à la fois le crime et la peine (de mort), de sorte que les savants s’y réfèrent par raccourci. Mais leurs réflexions, à eux, ne s’arrêtent pas là. Si le Coran ne le permettait pas, ne l’encourageait pas, ne proposait pas des exemples de règles générales dans ce sens (et les Juifs en sont le meilleur exemple, pusqu’ils sont censés avoir trahi la vraie religion, c’est-à-dire l’Islam), il aurait été impossible de réunir des consensus systématiques sur ce point dans toutes les écoles juridiques de l’Islam. »

    D’abord il est faux d’affirmer que ce sont les Musulmans qui ont appliqué cette peine de mort, depuis plus de mille ans. » Cette peine de mort pour apostasie est depuis longtemps tombé en désuétude dans une grande partie des pays musulmans. Par exemple, à quand remonte sa dernière application dans les pays d’Afrique du nord ?
    AJM: Comme les lois pénales de la charia ne sont toujours pas pleinement réintroduites, ces cas restent des assassinats et se traduisent par des pressions familiales et sociales et par des bouffées d’épurations — des Musulmans qui massacrent des Musulmans — telles que celles qui ont fait plus de 100.000 morts en Algérie dans les années 1990.

    Ensuite, pour en rester strictement à notre sujet, la peine de mort en cas d’apostasie, vous confirmez que le Coran ne la prescrit nulle part. C’est ce qui explique sa désuétude.
    AJM: Je confirme au contraire qu’il est impossible de prendre le Coran pour base légale et de tolérer les apostats. Et que la peine la plus logique, alors, dans l’esprit des textes, est la mort.

    2/« AJM: Ici, je ne dis pas “les Musulmans” — je dis “le prophète”. Imaginez que Jésus ait passé neuf ans de sa vie à maudire, à faire la guerre, à massacrer, à amputer, à torturer, à piller, à réduire en esclavage. Et que les Évangiles insistent lourdement pour en faire un modèle parfait. »

    Le christianisme n’a pas eu besoin de textes préconisant la violence pour répandre celle-ci aux quatre coins du monde ! C’est bien ce qui me fait penser que les textes religieux sont secondaires en la matière, la violence étant beaucoup plus le produit de la nature prédatrice de l’homme.
    AJM: Si vous voulez, mais le fait est que les lois qui sont apparues dans les pays influencés par le Christianisme (et le Judaïme et la plupart des religions évoluées et des systèmes légaux évolutifs) condamnent ces choses et protègent la liberté de conscience et les libertés tout court. Par exemple, de nombreux dirigeants dans l’histoire ont tenté d’abolir l’esclavage, mais c’est l’empire britannique qui y est parvenu au plan mondial. Tandis que l’Islam, le plus important producteur d’esclaves de l’histoire connue, n’y a renoncé que contraint et forcé: http://www.ajm.ch/wordpress/?p=913 Dans l’Islam, le coeur même des bases légales encourage le crime, dans la mesure où il profite à l’Islam. Et cela favorise d’autant les penchants prédateurs des hommes, notamment en mettant systématiquement les plus prédateurs d’entre eux au pouvoir.

    3/« AJM: L’Inquisition visait la purification du Christianisme uniquement au sein de la Chrétienté. L’Islam connaît également ce concept, qu’il nomme le takfir. Et l’Islam a le djihad, qui vise à imposer la domination de ses lois dans le monde entier.”

    Si l’Inquisition était une volonté d’éradiquer les autres religions du catholicisme à l’intérieur de la chrétienté, celle-ci n’a jamais manqué de volonté d’expansion dans le monde tout au long de son histoire sous prétexte d’y installer la « civilisation »!
    AJM: Mais le djihad est une doctrine religieuse et légale instaurée par le fondateur de cette religion. Tous les massacres commis par l’Islam l’ont été au nom de l’Islam et en accord avec ses préceptes fondamentaux, exemplifiés par son personnage central. Les méfaits des Chrétiens ne peuvent guère être attribués à leur piété. Et si vous supprimez les erreurs des populations chrétiennes qui n’étaient pas inspirées par la religion, il vous reste tout de même un bilan très positif. À mon avis. De non-Chrétien.

    4/« AJM: Le nazisme me paraît bénin comparé à l’Islam. Voulez-vous que nous en comparions les impacts respectifs? «

    Et ben voyons ! J’attends votre exposé comparatif avec impatience…
    AJM: On peut totaliser le nombre des victimes de l’Islam à quelque 270 millions: http://www.ajm.ch/wordpress/?p=897
    L’Islam a été le plus important facteur de production d’esclaves (en moyenne 5 morts pour 1 esclave sur le marché) de l’histoire connue: http://www.ajm.ch/wordpress/?p=913
    L’Islam existe, avec ces mêmes lois, depuis près de 1400 ans. Il a englouti des dizaines de cultures (remplacement de la religion, des lois, de la langue officielle) et empêché toute créativité parmi des populations de plusieurs centaines de millions d’individus: après les premiers siècles, pendant lesquels il a pu piller le bagage des cultures qu’il envahissait, il a efficacement tué dans l’oeuf toutes les formes de sciences et d’arts qui font la grandeur de l’homme: pas de grande musique, pas d’arts plastiques et picturaux de haut niveau, pas de progrès scientifique, pas d’évolution linguistique écrite. Et la faillite complète vers le XVIIe siècle, qui a mené à sa reprise par les colonisateurs. Tout cela peut être attribué très directement à la pratique de la religion islamique, et même au simple fait de déclarer qu’il n’y a de dieu que Dieu et que Mahomet est son prophète. Le nazisme, en comparaison, n’a duré qu’une fraction de cette période et il a été annihilé par des Occidentaux, au nom de valeurs occidentales. L’Occident résoud ses contradictions avec le temps. L’Islam s’y ensable.

    5/« AJM: Mais ce n’est pas grâce à une décision des Musulmans. La charia, qui fait de tout cela autant de qualités, n’a été abrogée dans les pays musulmans que par les colonialistes (et par Atatürk). Jamais encore des Musulmans n’ont décidé par eux-mêmes de renoncer à ces horreurs. Et depuis bientôt un siècle, cette ignoble idéologie reprend toujours davantage d’importance et d’influence. L’Islam revient à ses sources. »

    Faux. Le droit musulman était préservé sous la colonisation. !
    AJM: Non, bien sûr que non, la charia a été remplacée partout par des codes dans tous les domaines (surtout le droit pénal) où les codes prévoyaient quelque chose. Dans la plupart des pays immédiatement et dans d’autres après des essais de réforme infructueux. Des parties de la charia ont été conservées, ou plutôt tolérées, dans des domaines où l’Occident ne légifère pas ou seulement de manière très large (sphère privée, culture, usages).

    Le sultan, commandeur des croyants, au Maroc, a toujours été maintenu comme les structures juridiques et politiques fondées sur les traditions et donc la religion. « La justice « indigène » (musulmane et juive) est soustraite au contrôle des magistrats français. Le magistrat français s’est interdit de modifier en quoi que ce soit les dispositions régissant le droit appliqué par les juges religieux » Extrait du Précis de Droit musulman de GH Bousquet.
    AJM: Oui, les colonisateurs ont permis aux magistrats locaux de faire leur office, mais pas d’appliquer la charia dans les domaines cruciaux. Pour mémoire, la charia, dans toutes les écoles de jurisprudence, prévoit, entre autres, le djihad: http://www.ajm.ch/wordpress/?p=41

    En Algérie où les choses étaient un peu différentes, on a même assisté à une islamisation du droit, par les autorités françaises, dans certaines régions peu islamisées à l’époque de l’occupation turque comme en Petite Kabylie ou de l’Aures dans lesquelles des coutumes locales s’appliquaient !
    AJM: Oui, de nos jours, le droit des pays musulmans se réislamise. Sept pays ont maintenant officiellement réintroduit la charia au plan pénal. Mais il s’agit d’une régression, et certainement pas d’un progrès quelconque.

  4. PHILCO
    December 11th, 2007 | 2:01 pm

    1/AJM: Comme les lois pénales de la charia ne sont toujours pas pleinement réintroduites, ces cas restent des assassinats et se traduisent par des pressions familiales et sociales et par des bouffées d’épurations — des Musulmans qui massacrent des Musulmans — telles que celles qui ont fait plus de 100.000 morts en Algérie dans les années 1990.
    D’abord, pouvez-vous me dire sur quels textes juridiques vous vous basez pour dire que la charia aurait été un jour supprimé en Afrique du nord par exemple ? Je vous répète que la colonisation avait maintenu le droit musulman pour ce qui est des affaires civiles et religieuses entre musulmans. L’exemple que vous citez relève du pur amalgame avec une situation politique marquée par un regain d’islamisme en réponse avec la confiscation du pouvoir et les exactions d’un régime militaire complètement corrompu. Rien à voir avec la charia !
    AJM: Les affaires civiles et religieuses, au sens occidental du terme, ne sont en effet pas couvertes par les codes occidentaux imposés par les colonisateurs, de sorte que la loi islamique pouvait restée appliquée dans ces domaines. Les atrocités commises en Algérie dont je parle étaient directement inspirées par les origines sanglantes de l’Islam. Ces gens imitaient le prophète et ses compagnons tels qu’ils sont décrits dans les textes fondateurs de l’Islam. Pour la suppression de la charia en Afrique du Nord, voir plus bas –> Rudolph Peters.

    2/AJM: Je confirme au contraire qu’il est impossible de prendre le Coran pour base légale et de tolérer les apostats. Et que la peine la plus logique, alors, dans l’esprit des textes, est la mort.
    Ca, ce sont vos propres conclusions
    AJM: ce sont les conclusions de TOUS les collèges de jurisprudence de l’Islam classique. Ce fait indique que la connaissance et le respect des textes sacrés islamiques incite clairement à déclarer la peine de mort pour apostasie.

    qui ne reposent pas sur la sourate que je vous demande de me citer prescrivant la mise à mort de l’apostat.
    AJM: Il serait facile de contester l’interprétation d’une malheureuse sourate. Si la peine de mort pour apostasie ne dépendait que d’une petite phrase, elle n’aurait pas pu être si consensuelle. Le consensus des juristes indique qu’aucune autre interprétation n’a pu être dégagée de la prise en compte des textes sacrés dans leur ensemble.

    Cette sourate n’existant pas, on peut parfaitement tirer d’autres conclusions que les vôtres ce qui explique que cette pratique ait pu tomber aussi facilement en désuétude.
    AJM: Il a fallu l’abrogation des dispositions pénales de la charia dans les empires islamiques. Rien que cela. Évidemment, une fois que la loi elle-même est abrogée, il est difficile de trouver des cas de son application. Et comme le Musulman inculpé d’apostasie a la possibilité de se repentir et de revenir à l’Islam (excepté quand il insulte le prophète, là il doit être abattu même s’il se repend), la grande majorité des cas se termine par une foi forcée ou un assassinat sous un prétexte quelconque.

    La preuve : votre incapacité à vous référer à une décision de justice de mise à mort d’un apostat dans un pays d’Afrique du nord malgré les nombreux cas observés au Maroc ou en Algérie sous l’influence des évangélistes. Dans votre logique, comment expliquez-vous la suppression des tribunaux charaïques au Maroc dès 1965 ? Ils n’existent pas plus en Tunisie ? En dehors des pays du Golf, de l’Iran, du Pakistan, du Soudan, de l’Afghanistan, de quelques Etats du Nigeria (les plus pauvres, comme par hasard) ou de la Lybie, la charia est fort peu appliquée dans les droits musulmans. L’alcool est librement consommé, les adultères ne se font ni lapider ni fouetter ni les voleurs couper les mains ! Dans combien de pays l’intérêt bancaire est interdit ???
    AJM: Tout cela est l’effet des colonies et dans tous ces pays vous trouverez des mouvements puissants qui exigent le retour à la charia, car ces lois inhumaines découlent naturellement du contenu global (et non de petites phrases sans contexte) du Coran et des autres textes sacrés.

    3/ AJM: Si vous voulez, mais le fait est que les lois qui sont apparues dans les pays influencés par le Christianisme (et le Judaïme et la plupart des religions évoluées et des systèmes légaux évolutifs) condamnent ces choses et protègent la liberté de conscience et les libertés tout court.
    Ces lois ont été conquises contre l’Eglise et n’ont en aucun cas été le fait d’une libre évolution de nos sociétés religieuses. C’est l’évolution que connaît l’islam en ce moment avec le développement des pays musulmans. L’utilisation des religions a de tout temps été exactement le même : consolider le pouvoir politique en place et utiliser celle-ci comme mode de verrouillage des valeurs pour la préservation de celui-ci.
    AJM: Dans ce cas, pourquoi vous opposer à quelqu’un qui, comme moi, conteste la validité de la religion islamique?

    AJM: Par exemple, de nombreux dirigeants dans l’histoire ont tenté d’abolir l’esclavage, mais c’est l’empire britannique qui y est parvenu au plan mondial. Tandis que l’Islam, les plus important producteur d’esclaves de l’histoire connue, n’y a renoncé que contraint et forcé:
    Peut-être mais précisons que ce ne fût pas le résultat d’un combat religieux au nom du christianisme mais bien la conséquence d’une évolution économique dans laquelle l’esclavage n’avait plus sa place. Le meilleur exemple est bien les Etats-Unis avec l’abolition de l’esclavage grâce à la victoire du nord capitaliste sur un sud aux valeurs traditionnelles. Les besoins en main d’œuvre de l’industrie du nord s’accommodaient très mal des règles esclavagistes.
    AJM: C’est un point de vue (que je ne partage pas). Mais l’abolition de l’esclavage avait déjà été dictée et mise en force par une puissance occidentale longtemps avant le débat américain. Et il reste le fait que l’esclavage des Noirs par les Blancs n’était pas dicté, lui, par les écritures chrétiennes.

    AJM:« Dans l’Islam, le coeur même des bases légales encourage le crime, dans la mesure où il profite à l’Islam. Et cela favorise d’autant les penchants prédateurs des hommes, notamment en mettant systématiquement les plus prédateurs d’entre eux au pouvoir. »
    Pouvez-vous me citer des exemples concrets de ce que vous affirmez dans le monde actuel ? Je n’avais pas remarqué que les hommes d’Etat musulmans étaient plus prédateurs que les non musulmans…
    AJM: Ce n’est le plus souvent pas non plus l’Islam qui a mis ces gens au pouvoir. Mais là où c’est le cas (Gaza, Iran, talibans en Afghanistan et au Pakistan), c’est la plongée vers le moyen-âge.

    4/AJM: Mais le djihad est une doctrine religieuse et légale instaurée par le fondateur de cette religion. Tous les massacres commis par l’Islam l’ont été au nom de l’Islam et en accord avec ses préceptes fondamentaux, exemplifiés par son personnage central. Les méfaits des Chrétiens ne peuvent guère être attribués à leur piété. Et si vous supprimez les erreurs des populations chrétiennes qui n’étaient pas inspirées par la religion, il vous reste tout de même un bilan très positif. À mon avis. De non-Chrétien.
    Les massacres chrétiens ne l’ont-ils pas été au nom du Christ ? Avez-vous entendu parler des guerres de religion ou des Croisades ? Il est clair que ces violences ont été commises en trahison de l’enseignement du Christ. N’est-ce pas la preuve que la religion a peu à voir dans ceux-ci et que qu’elle n’est qu’instrumentaliser par la politique quelques soient les textes fondateurs ?
    AJM: C’est une indication du fait que les violences des Chrétiens sont areligieuses, mais le fait reste que celles des Musulmans s’inspirent de l’exemple du personnage religieux central de l’Islam. Je pense donc que toute la religion islamique, le Coran y compris, n’est qu’un prétexte politique permettant à des bandits sans scrupules d’abêtir les gens et de piller le monde impunément. L’Islam est l’invention des islamistes. Et les Musulmans sont leurs victimes. De tout temps. C’est pourquoi je fais tout mon possible pour exclure cette religion de ma sphère d’influence. Les autres religions ne m’attirent pas, mais elles ne menacent pas mes enfants. Si c’était le cas, je les combattrais aussi.

    5/ AJM: On peut totaliser le nombre des victimes de l’Islam à quelque 270 millions: http://www.ajm.ch/wordpress/?p=897
    L’Islam a été le plus important facteur de production d’esclaves (en moyenne 5 morts pour 1 esclave sur le marché) de l’histoire connue: http://www.ajm.ch/wordpress/?p=913
    L’Islam existe, avec ces mêmes lois, depuis près de 1400 ans. Il a englouti des dizaines de cultures (remplacement de la religion, des lois, de la langue officielle) et empêché toute créativité parmi des populations de plusieurs centaines de millions d’individus: après les premiers siècles, pendant lesquels il a pu piller le bagage des cultures qu’il envahissait, il a efficacement tué dans l’oeuf toutes les formes de sciences et d’arts qui font la grandeur de l’homme: pas de grande musique, pas d’arts plastiques et picturaux de haut niveau, pas de progrès scientifique, pas d’évolution linguistique écrite. Et la faillite complète vers le XVIIe siècle, qui a mené à sa reprise par les colonisateurs. Tout cela peut être attribué très directement à la pratique de la religion islamique, et même au simple fait de déclarer qu’il n’y a de dieu que Dieu et que Mahomet est son prophète. Le nazisme, en comparaison, n’a duré qu’une fraction de cette période et il a été annihilé par des Occidentaux, au nom de valeurs occidentales. L’Occident résoud ses contradictions avec le temps. L’Islam s’y ensable.
    Un musulman pourrait procéder aux mêmes amalgames en considérant les guerres suscitées au nom du christianisme depuis la Rome chrétienne. Jamais aucun pays musulman n’a instauré une chaîne industrielle de destruction d’êtres humains ! Le génocide nazi est unique dans l’histoire.
    AJM: Sans doute, mais il n’a strictement rien à voir avec la religion ou l’Église. Tandis que Tamerlan, en massacrant les gens par dizaines de milliers à une époque où il fallait bien davantage que de presser une détente ou enfoncer une touche (pensez-y un instant: son record est de 150.000 personnes, des captifs, en une journée), agissait au nom de l’Islam, se félicitait explicitement de débarrasser la terre de non-Musulmans et était fêté comme un héros par la civilisation islamique, pour cela.

    Jamais l’islam n’a véhiculé de théories raciales ni a instauré de camps de concentration. L’esclavage a été une pratique partagée par toutes les civilisations.
    AJM: Mais l’Islam en a fait un commerce et une ressource de guerre (enfants volés puis tranformés en soldats, des générations durant), au nom de la religion.

    Le nazisme est l’apanage de la nôtre.
    AJM: La nôtre est aussi le vainqueur du nazisme. Tandis que le Grand mufti de Jerusalem a aidé Hitler.

    Je citerai Bernard Lewis que l’on ne peut soupçonner d’islamiste: « European anti-Semitism, in both its theological and racist versions, was essentially alien to Islamic traditions, culture, and modes of thought. But to an astonishing degree, the ideas, the literature, even the crudest inventions of the Nazis and their predecessors have been internalized and Islamized.” http://www.meforum.org/article/396
    AJM: Ce qui montre que les idées de Hitler peuvent fort bien fleurir en Islam. Mais à l’époque où de tels projets devenaient possibles, l’Islam était une ruine.

    6/ AJM: Non, bien sûr que non, la charia a été remplacée partout par des codes dans tous les domaines (surtout le droit pénal) où les codes prévoyaient quelque chose. Dans la plupart des pays immédiatement et dans d’autres après des essais de réforme infructueux. Des parties de la charia ont été conservées, ou plutôt tolérées, dans des domaines où l’Occident ne légifère pas ou seulement de manière très large (sphère privée, culture, usages).
    Quelles sont vos sources ???? La colonisation, je vous le répète, a maintenu les droits locaux pour ce qui était du droit civil et de ce qui ressortait des affaires intra musulmanes. Lisez Jacques Berque et ses explications sur l’échec du Dahir berbère qui cherchait à diviser la population « indigène » en droit différencié berbère et musulman.
    AJM: Je préfère (de très loin) Rudolph Peters: «The emergence of Western hegemony in the nineteenth century greatly affected the legal systems in the Islamic World. In most Islamic countries that came under European colonial rule, Shar’ia criminal law was immediately substituted by Western-type penal codes. In some other countries, however, this was a gradual process: there the final abolition of Islamic criminal law took place after a period of reform, during which Islamic criminal law continued to be implemented.»

    7/ Pour mémoire, la charia, dans toutes les écoles de jurisprudence, prévoit, entre autres, le djihad
    Tiens donc. Pourriez-vous me citer les passages de droits contemporains qui réglementent le jihad dans les pays musulmans actuels ????
    AJM: Le droit contemporain des pays musulmans qui prennent la charia pour base le fait de manière extrêmement succincte: il se compose généralement d’une seule phrase, souvent ancrée dans la constitution, qui précise que la charia s’applique au plan pénal. Les détails, ensuite, sont dans Averroès: http://www.ajm.ch/wordpress/?p=41 Et comme l’Islam est toujours trop faible pour lancer un djihad digne de ce nom, il traîne les pieds avec la dawa, l’appel à l’Islam.

    8/ AJM: Oui, de nos jours, le droit des pays musulmans se réislamise. Sept pays ont maintenant officiellement réintroduit la charia au plan pénal. Mais il s’agit d’une régression, et certainement pas d’un progrès quelconque.
    Comment expliquez-vous qu’ils ne le fassent que maintenant ? Pourquoi les autres pays, quand ils ne se désislamisent pas comme le Maroc avec la réforme de la moudawana ou la Tunisie sous Bourguiba pour remonter plus loin, ne le font pas ?
    AJM: À mon avis, cette évolution est liée surtout à l’alphabétisation et à la rareté de la littérature non religieuse dans les pays musulmans. Plus vous avez de gens qui lisent le Coran (en croyant en ce fatras), plus vous avez de gens qui pensent comme les juristes classiques. Moins vous avez d’autres littératures, d’autres sources de culture (ou plus celles-ci sont méprisées, critiquées de manière idéologique), plus vous avez de fanatiques mahométans grossiers. La conjonction de ces deux vagues permet, je pense, d’expliquer valablement, dans les grandes lignes, la progression de l’extrémisme musulman moderne. Mais c’est juste une hypothèse — je n’ai pas sérieusement planché là-dessus. Je m’intéresse plutôt à l’avenir et aux moyens de stopper ce phénomène.

  5. PHILCO
    December 11th, 2007 | 4:39 pm

    1/AJM: Les affaires civiles et religieuses, au sens occidental du terme, ne sont en effet pas couvertes par les codes occidentaux imposés par les colonisateurs, de sorte que la loi islamique pouvait restée appliquée dans ces domaines. Les atrocités commises en Algérie dont je parle étaient directement inspirées par les origines sanglantes de l’Islam. Ces gens imitaient le prophète et ses compagnons tels qu’ils sont décrits dans les textes fondateurs de l’Islam.
    Tiens donc, le prophète massacrait d’autres musulmans… Au nom de quel passage du Coran ces islamistes massacrèrent d’autres musulmans sans histoire ???
    AJM: Au nom de tous les passages qui condamnent les non-Musulmans et ceux qui ont trahi leur foi. C’est du domaine public, faites une petite recherche sur “takfir” et “riddah wars” par exemple. Dès lors que le respect d’une religion tient lieu de vertu, il suffit de prétendre que ce respect n’est pas suffisant chez son ennemi pour avoir le droit de le tuer en restant vertueux soi-même.

    2/ AJM: ce sont les conclusions de TOUS les collèges de jurisprudence de l’Islam classique. Ce fait indique que la connaissance et le respect des textes sacrés islamiques incite clairement à déclarer la peine de mort pour apostasie.
    Si c’est aussi évident, pourquoi n’est-ce pas littéralement dans le Coran ???
    AJM: En fait, c’est dans le Coran, bien sûr, mais sous forme de phrases plus longues que le hadith de Bukhari, et avec un contexte précis, explicité aussi dans les hadiths et la sira, de sorte que leur signification est contestable sur le plan général et n’est donc pas judicieuse comme justification de principe. Prenons un exemple: vous avez le verset 4:89:

    «Ils aimeraient vous voir mécréants, comme ils ont mécru: alors vous seriez tous égaux! Ne prenez donc pas d’alliés parmi eux, jusqu’à ce qu’ils émigrent dans le sentier d’Allah. Mais s’ils tournent le dos, saisissez-les alors, et tuez-les où que vous les trouviez; et ne prenez parmi eux ni allié ni secoureur,»

    C’est clairement une injonction à tuer des gens qui ont été musulmans s’ils se détournent de la foi. Mais comme l’histoire a un certain contexte, parle de gens bien précis et que le texte n’est pas exprimé de manière très générale (comme le hadith de Bukhari, qui dit simplement: «Quiconque change sa religion, tuez-le!»), les juristes musulmans, dans leur logique (les paroles en question sont celles de Dieu), ne peuvent pas en tirer une règle générale. Dès qu’un ordre contient une précision, il faut tenir compte de cette précision, et l’ordre n’a plus dès lors portée générale, mais particulière. Il peut confirmer un ordre plus général (comme c’est le cas ici) ou y ajouter une exception (dans les circonstances spécifiques). Comme le Coran ne dit rien de plus précis et général que le petit hadith et qu’il ne conteste jamais positivement la portée générale de celui-ci, les juristes l’évoquent car il clot l’argument.

    De leur côté, les adversaires de la peine de mort ne peuvent évoquer que des cas (deux à ma connaissance) dans lesquels le prophète n’a pas entrepris de punir des apostats. Mais certains étaient hors d’atteinte (ou leur exécution aurait nécessité un gros effort) et un autre est probablement revenu à l’Islam avant que Mahomet soit censé l’avoir revu. Que voulez-vous? Si vous êtes juriste, que vous croyez en ces fables et que vous devez statuer sur l’apostasie en fonction des bases légales islamiques, vous n’avez pas d’autre choix, en toute honnêteté, que de confirmer la peine de mort.

    3/ AJM: Dans ce cas, pourquoi vous opposer à quelqu’un qui, comme moi, conteste la validité de la religion islamique?
    Parce que vous vous trompez de combat en visant cette religion EN PARTICULIER. L’histoire nous montrant que TOUTES les religions ont le même comportement, quelque soit leurs textes fondateurs, il s’agit bien d’un mécanisme propre au fait religieux qu’au fait islamique, non ?
    AJM: Oui et non. Les religions sont certes des instruments dangereux, mais elles contiennent en principe aussi des éléments précieux et il serait faux de les mettre toutes dans le même sac. À mon avis, l’Islam est à mettre dans le sac des religions malfaisantes, avec le culte d’Odin et les âneries maya et aztèques. Et ce n’est pas un préjugé, j’ai bien regardé.

    AJM: Et il reste le fait que l’esclavage des Noirs par les Blancs n’était pas dicté, lui, par les écritures chrétiennes.
    Effectivement. Ce qui n’a pas empêché que les sociétés chrétiennes le voit prospérer. Cela renforce mon argument précédent.
    AJM: Je pense que vous vous trompez: la religion chrétienne offre de meilleurs arguments contre l’esclavagisme que l’Islam. Il faut faire la différence. Il faut rendre à César…

    AJM: Il a fallu l’abrogation des dispositions pénales de la charia dans les empires islamiques. Rien que cela. Évidemment, une fois que la loi elle-même est abrogée, il est difficile de trouver des cas de son application. Et comme le Musulman inculpé d’apostasie a la possibilité de se repentir et de revenir à l’Islam, la grande majorité des cas se termine par une foi forcée ou un assassinat sous un prétexte quelconque.
    La charia n’a jamais été abrogée dans les pays musulmans même colonisés. En tout état de cause, si la logique de ce que vous dites, pour ce qui est de l’islamisation toujours plus grande des pays musulmans, qu’est-ce qui les empêchait de revenir à la charia pure et dure dès l’indépendance ? Pourquoi, à ce jour, y a-t-il aussi peu de droits pénaux appliquant cette charia littéralement ?
    AJM: Les puissances occidentales n’auraient pas toléré des lois qui imposent la subversion contre elles. Mais après l’indépendance, tout était possible. Bien sûr, les hommes forts au pouvoir avaient tous des liens avec l’Occident, ne serait-ce qu’à travers leur éducation, et le retour à la charia ne leur plaisait guère. Mais la religion était là tout de même, à semer son venin. Et aujourd’hui, elle est de retour en pleine lumière.

    AJM: Ce n’est le plus souvent pas non plus l’Islam qui a mis ces gens au pouvoir. Mais là où c’est le cas (Gaza, Iran, Afghanistan, talibans au Pakistan), c’est la plongée vers le moyen-âge.
    Mohammed VI ne détient-il pas la légitimité son pouvoir directement de l’islam ??? Et pourtant le Maroc est un des pays qui se désislamise le plus rapidement. Comment l’expliquez-vous lorsque l’on sait que la colonisation a toujours, grâce à la politique de Lyautey, respecté le pouvoir et les pratiques existantes avant la conquête pour ce qui est de la gestion politique et sociale de ce pays ?
    AJM: Dans l’Islam, le pouvoir appartient à celui qui parvient à faire régner la charia. Peu importe où. Là où règne la charia, là est l’Islam. Les nations actuelles, avec leurs frontières fixes, sont des créations occidentales. Dans l’Islam, il n’y a pas de notions de lois territoriales, tout est affaire de religion. Même là où il y a des Musulmans et des Juifs, les lois islamiques s’appliquent aux Musulmans et les lois juives aux Juifs (sauf dans les cas où les deux sont impliqués dans les mêmes affaires — alors, la loi islamique prime). Dès lors, la puissance de l’islamisme dépend aussi en grande partie du talent des dirigeants à naviguer dans ce chaos. Mais la tendance générale est sensible partout.

    4/AJM: C’est une indication du fait que les violences des Chrétiens sont areligieuses, mais le fait reste que celles des Musulmans s’inspirent de l’exemple du personnage religieux central de l’Islam. Je pense donc que toute la religion islamique, le Coran y compris, n’est qu’un prétexte politique permettant à des bandits sans scrupules d’abêtir les gens et de piller le monde impunément. L’Islam est l’invention des islamistes. Et les Musulmans sont leurs victimes.
    C’est surtout la démonstration que la religion n’est rien d’autre que l’instrument du pouvoir politique quel que soit son message. Les chrétiens ont autant été victimes de leur propre religion que les musulmans de la leur.
    AJM: C’est un point de vue. Le fait est tout de même qu’aujourd’hui, le pape et sa morale ne menacent pas mes libertés et celles de mes filles.

    5/ AJM: Snas doute, mais il n’a strictement rien à voir avec la religion ou l’Église. Tandis que Tamerlan, en massacrant les gens par dizaines de milliers à une époque où il fallait bien davantage que de presser une détente ou enfoncer une touche (pensez-y un instant: son record est de 150.000 personnes, des captifs, en une journée), agissait au nom de l’Islam, se félicitait explicitement de débarrasser la terre de non-Musulmans et était fêté comme un héros par la civilisation islamique.
    Encore une fois Tamerlan n’a été ni meilleur ni pire que nombre d’empereurs qui ont fait l’histoire du monde avant l’islam comme après celui-ci.
    AJM: 150.000 captifs en une journée au moyen-âge — c’est un record, non? Imaginez ce que pourrait faire aujourd’hui un Musulman puissant (un calife, par exemple) dans le même état d’esprit.

    On pourrait citer, en contre exemple, l’histoire de Saladin. Vous aurez du mal à prouver que les musulmans ont été plus négatifs que les autres religions dans l’histoire.
    AJM: Cet exemple est très surfait. Saladin a choisi de laisser partir les Chrétiens qui pouvaient payer leur rançon et a vendu les autres comme esclaves, tout à fait dans la ligne du prophète et de la jurisprudence islamique. Il aurait été bête de sa part de détruire Jerusalem alors qu’il pouvait la piller sans se baisser.

    AJM: Mais l’Islam en a fait un commerce et une ressource de guerre (enfants volés puis tranformés en soldats, des générations durant), au nom de la religion.
    Le statut des enfants n’étaient pas plus enviables dans les autres sociétés jusqu’à ce qu’elles se développent récemment. Encore aujourd’hui des exemples médiatisés comme Adidas en Asie prouve que l’esclavage des enfants n’a fait que changer de visage. Par contre les théories raciales sont bien une spécificité occidentale dont on connaît la conséquence unique dans l’histoire par son horreur.
    AJM: En disant cela, vous exprimez vous-même une sorte de racisme anti-occidental très répandu. La grande différence est surtout qu’en Occident, ces choses-là (le racisme) sont vraiment condamnées, en tant que telles. Et les gens se flagellent d’avoir cette tache dans leur histoire. Et en se flagellant, en se condamnant, ils confirment le racisme des non-Occidentaux à leur égard. Attention.

    AJM: La nôtre est aussi le vainqueur du nazisme.
    Comme vous dites, après l’avoir produit comme elle a produit le communisme. Cela fait beaucoup, non ?
    AJM: Oui, mais tout cela ne procédait pas d’une idéologie fixe et commune à tous. Et on ne peut pas condamner les gens d’aujourd’hui pour les méfaits des uns ET des autres. Il vaut beaucoup mieux chercher qui sont les nazis ou les communistes de sa propre époque…

    AJM: Ce qui montre que les idées de Hitler peuvent fort bien fleurir en Islam. Mais à l’époque où de tels projets devenait possble, l’Islam était une ruine.
    Jamais au point de produire des camps de concentration et une organisation industrielle d’un massacre racial.
    AJM: Oui, la Shoah a été sans doute la pire monstruosité de l’histoire et elle s’est déroulée en Europe. Mais toutes les valeurs qui lui ont donné naissance sont condamnées, en Europe. Il n’est pas sûr que l’Islam n’aurait pas fait pire s’il en avait eu les moyens. Le Coran autorise en tout cas les djihadistes à tuer TOUS les infidèles (après les avoir appelés à l’Islam) s’ils en sont capables et s’ils estiment que cela profite à l’Islam. Et les valeurs de l’Islam sont toujours là, intactes, et elles prennent de plus en plus d’importance.

    6/ AJM: Je préfère (de très loin) Rudolph Peters
    Inconnu comme référence en la matière.
    AJM: C’est un professeur, parfait arabisant, spécialiste de droit islamique à l’université d’Amsterdam. Il connaît certainement beaucoup mieux le droit islamique que feu cet ancien officier tiers-mondisé dans les bas quartiers de Casablanca, qui a excusé le terrorisme, admiré la révolution culturelle chinoise, soutenu le FLN et encombré 25 ans durant les chaires du Collège de France que vous souhaitez me voir lire.

    7/AJM: Le droit contemporain des pays musulmans qui prennent la charia pour base le fait de manière extrêmement succincte: il se compose généralement d’une seule phrase, souvent ancrée dans la constitution, qui précise que la charia s’applique au plan pénal. Les détails sont dans Averroès
    Pourquoi une telle discrétion ? Pourquoi l’appliquer si peu à l’échelle des pays musulmans de la planète ?
    AJM: Essentiellement parce que les pays occidentaux n’aiment pas la peine de mort, les amputations et les lapidations en public. Et qu’il faut bien composer avec eux, dans le village planétaire.

    8/ AJM: À mon avis, cette évolution est liée surtout à l’alphabétisation et à la rareté de la littérature non religieuse dans les pays musulmans.
    Ce ne sont pourtant pas les régions les plus avancées qui sont islamisées. Ne me citez pas les pays du Golf qui ne sont que des pays rentiers sous développés culturellement. Quant à l’Iran, l’islamisme s’explique beaucoup plus par le régime d’un Shah complètement inféodé aux américains qui n’hésitèrent pas à renverser par la force Mossadegh l’Iran représentant un enjeu stratégique trop essentiel à leurs yeux. La faillite actuelle du pays d’un point de vue économique me rend optimiste pour la fin prochaine de ce régime archaique qui verra une fin comme le communisme a connu sa propre fin.
    AJM: Nous verrons.

    AJM: La conjonction de ces deux vagues permet, je pense, d’expliquer valablement, dans les grandes lignes, la progression de l’extrémisme musulman moderne. Mais c’est juste une hypothèse — je n’ai pas sérieusement planché là-dessus. Je m’intéresse plutôt à l’avenir et aux moyens de stopper ce phénomène.
    Je pense que l’islamisme a pris le relai du vide laissé par le communisme comme moyen de trouver un type de société alternatif au modèle occidental. Sa force a été renforcée par la faillite et la corruption des dirigeants nationalistes plus ou moins socialo et très militaristes. Si l’Occident avait une autre politique que celle de Bush et des neo cons, je suis persuadé que l’islamisme n’aurait pas du tout la même audience que celle qu’a favorisé cette politique inepte. Mais, de toutes façons, l’islamisme s’effondrera de lui-même étant incapable de développer convenablement les pays dans lesquels ils s’implantent. Ce n’est qu’une question de temps.
    AJM: Et de dégâts.

  6. December 20th, 2007 | 10:01 am

    Nulle contrainte en matière d’égorgement…

    Ce titre énigmatique convient fort bien à ce 20 décembre 2007, jour de l’Aïd el-Kebir, la Grande Fête, ou Fête du sacrifice, au nom et au cours de laquelle des millions d’animaux sont égorgés selon un rite institué par les textes sacrés i…

  7. roger marc sabauré
    December 23rd, 2007 | 2:19 pm

    RAPPEL sur Commentaires du 10 12 07

    1.ne jamais confondre “christianisme” ( pur ,évangélique) et Catholicisme( romain+ grec+ russe); il a pris ses racines(nettes) au 4° siècle avec des vues marquées et notoires de POUVOIR; l’apostasie de l’église primitive (annoncée par les apôtres du Seigneur) s’est produite comme prévue.
    2.les actions du clergé (et toute sa structure_ savamment organisée)pendant plus de 1600 ans de parcours chaotique ont jeté le discrédit sur le “christianisme PUR et Saint” apostolique ; les guerres de religion , meurtrières et sanguinaires en témoigne.

    3. Pour justifier leur méchanceté ( haine ) des autres religions les Meneurs ( agitateurs) mahométans citent ce parcours belligérant de la Chrétienté …….RIEN à Voir avec le Christianisme PUR , apostolique décrit CLAIREMENT dans la Sainte Bible ( Evangiles , en particulier).

    4. les 1000 ans de guerre , massacres , décapitations , Recherche effrénée de POUVOIR pratiqués par les Adeptes de Mr Mahomet témoignent du même “parcours” sanguinaires de la Chrétienté.

    5. TOUT cela est TOTALEMENT étranger aux Commandements Divins du Dieu d’Amour (Auteur de tout ce qui est , ce qui VIT), qui a dit ” tu aimeras ton Prochain COMME TOI MEME !!! ) , et ,
    ” celui qui manie l’épée….mourras par l’épée!)

    6. DONC , ” Maudis l’homme qui suit l’HOMME , et qui s’écarte de l’Eternel- Yahvé” – Jérémie 17:5-10 (Bible de Jérusalem)

    7. laissons donc les “agitateur” s’auto – gargariser eux même…..et devenons des “artisans de la Paix”…selon les commandements divins .

    roger.sabau@wanadoo.fr le 23.12.07

  8. December 23rd, 2007 | 7:27 pm

    La désinformation, la désinformation et toujours la désinformation!
    Quand les français iront-ils consulter les sources!

    Lucifer est menteur et homicide dès le principe. Cela se confirme tous les jours.

    Si l’Inquisition avait été si terrible, comment m’expliquer que trois inquisiteurs soient morts martyrs de leur foi chrétienne!

    En voici trois mort dans la région de URGEL en Catalogne – recensés par la revue:
    LE SEL DE LA TERRE N° 62, page 146
    COUVENT DE LA HAYE AUX BONSHOMMES 49240 AVRILLE

    Le bienheureux Pons de Planella 1242
    Le bienheureux Bernard de Travesères 1260
    Le bienheureux Pierre de Cadireta 1277

    Voici quatre inquisiteurs de Savigliano (Piémont)
    Sel de la terre N° 61 – voir aussi les N° 36 et 37 de la même revue sur l’Inquisition)

    Le bienheureux Pierre de Ruffia martyr – 1320-1365)
    Le bienheureux Antoine Pavonio martyr (1326-1374)
    Le bienheureux Barthélémy de Cervère martyr
    ( 1420-1466)
    Le bienheureux Aimont Taparelli (1395-1495)

    MOURIR MARTYR quand on est grand Inquisiteur, voilà qui devrait jeter le doute dans votre esprit et vous inciter à recourir aux meilleurs sources.

    “Ils se sont assemblés contre sont Christ pour ne faire qu’un” est-il dit dans l’apocalypse- je cite de mémoire.
    Le Père du mensonge n’a qu’une haine : Jésus-Christ, Fils de Dieu et son Eglise catholique.
    Ceci est confirmé par Voltaire qui signait ses lettres par :
    Ecrasons l’Infâme (Jésus et son Eglise catholique)

    Ce grand Seigneur n’avait que mépris pour les français “welches” disait-il!

  9. December 23rd, 2007 | 7:38 pm

    “L’Afrique a donc eu ses capitulations comme l’Egypte et l’Espagne. Mais on serait dans l’erreur si l’on croyait que toute violence était évitée par cet accord. Ainsi, par exemple, la capitulation de Merida si bénigne en apparence a été accompagnée d’une razzia dans laquelle 30 000 jeunes filles ont été faites prisonnières, pour être emmenées ensuite en Orient avec les dépouilles de l’Espagne. (En Noweiri, dans Ibn Khaldoun., I, p. 351)”

    d) IMPOTS.

    Outre la djezia, les non-musulmans devaient encore payer le khraradj ou taxe foncière. Le peuple conquis ne conservait pas en effet le droit de propriété sur ses terres, mais une simple possession viagère. Le kharadj n’était donc en somme que le loyer de la terre dont il restait l’usufruitier, mais dont il pouvait devenir le vrai propriétaire en se faisant musulman. (Au point de vue étymologique, kharadj veuf dire « ce qui sort » d’un terrain, ce que l’on en retire.)
    Faut-il parler ici d’un impôt, transitoire il est vrai, qui paraît avoir été spécial à l’Afrique et qui était d’autant plus injuste qu’il était perçu sur nos Berbères déjà islamisés. Nous voulons parler de l’impôt du quint, qui consistait à prendre le cinquième de la population féminine pour l’envoyer dans les harems de l’Orient

    Les femmes berbères étaient renommées en Orient pour leur beauté et le nombre de celles qui y ont été exportées a dû être considérable, car quelques lectures faites au hasard nous ont appris qu’Abd er Rahman, le fondateur des Ommiades d’Espagne, était né, à Damas, d’une berbère de Tiaret, ainsi que Rostem, le père du fondateur du kharedjisme en Afrique, dans l’Irak.
    lbn Khaldoun nous dit en effet qu’Omar ibn Abdallah et Moradi gouverneur de Tanger voulut
    « prélever le quint sur les Berbères, sous prétexte que ce peuple était un butin acquis aux musulmans. (I, p. 359).

    Sources : Le christianisme en Afrique du Père Mesnage.
    Voir sur le blog http://torah-injil-jesus.over-blog.com

    Bonne fête de Noël et que Jésus naisse dans votre coeur!

  10. Jeanne
    December 27th, 2007 | 6:36 pm

    Monsieur AJM, vous avez bien de la patience à “discuter” avec le nommé Philco, un propagandiste des plus insidieux dont l’argumentation est ouvertement pro-islamiste et foncièrement anti-chrétienne.
    Il est capable de soutenir que noir est blanc , ou bien n’est pas encore blanc, mais va le devenir incessamment sous peu, même dans une mine de charbon.

    C’est un adepte de la génération spontanée : la société occidentale basée sur les Droits de l’Homme, est née d’un claquement de doigts des philosophes des Lumières, eux mêmes descendus du ciel sur une soucoupe volante.
    Les principes du christianisme, repris par passages entiers dans la Constitution américaine, et les conflits presque deux fois millénaires entre pouvoir politique et pouvoir religieux en Europe, et spécialement en France, ne seraient pour rien dans l’élaboration de cette société occidentale, unique sur la planète, où pourtant d’autres idéologies humanistes existent, islam exclu, naturellement…

    Voilà des affirmations qui vont faire se contorsionner le nommé Philco dans tous les sens… Avec des fulminations de rage qu’on puisse proférer des horreurs pareilles.

    Mais je veux au moins qu’on m’explique comment un musulman dit “modéré” peut “modérément” considérer sa femme comme “modérément” inférieure, lui donner “modérément” la moitié de l’héritage de son père, lui imposer “modérément” de présenter 4 témoins pour confirmer sa déposition au tribunal, et considérer son voisin koufar comme “modérément” inférieur, la femme de ce dernier, n’en parlons pas, … sans déroger aux préceptes islamiques.

    La seule modération constatable, c’est la très grande modération des protestations des prétendus “modérés” devant les exactions des “immodérés”. Protestations au demeurant “pour la galerie” et rapidement démenties dès que les koufars ont le dos tourné.
    Le seul intérêt de la “modération”, telle qu’elle est pratiquée par Philco, c’est d’hypnotiser les Occidentaux, en leur faisant croire qu’on peut “discuter” avec ces gens-là, et arriver à un accord qui sera respecté.
    Dans le film Obsession, on voit Chamberlain ravi brandir son chiffon de papier. On ne voit pas Daladier, qui aurait dit à sa descente d’avion, devant la foule l’acclamant : “les cons!”
    On me permettra, tant que les Philcos de tous acabits n’ont pas encore installé leurs amis “modérés”, cache-sexe des “immodérés”, au pouvoir, d’être plus Daladier que Chamberlain.

    Et de me méfier de la takiya.

  11. December 17th, 2010 | 3:34 am

    [...] Publié originalement en Décembre  2007 sur AJM.CH [...]