Coordonnées de l'auteurGuide politiquement incorrect de l'IslamComment vaincre l'Islam démocratiquementAccueil

La réforme de l’Islam est une question de technologie

Un groupe musulman d’Inde vient d’offrir 500.000 roupies (13.500 francs suisses) pour la décapitation d’une auteure bangladeshi très connue pour ses publications critiques envers l’Islam:

Taslima a fait honte aux Musulmans dans ses écrits. Elle doit être mise à mort et décapitée; quiconque fera cela recevra une récompense de la part du conseil.

Critiquer l’Islam, à partir d’un certain degré de notoriété, attire toujours des menaces de mort. C’était déjà le cas du temps du prophète, c’est (donc) ce qui ressort des lois de l’Islam (la charia) et c’est (forcément) l’habitude des croyants sérieux. Il est impossible de prêter foi au narratif «religieux» musulman sans soutenir ou exécuter de tels actes (voir une enquête plus approfondie sur ce point).

C’est pourquoi les réformateurs musulmans ont toujours disparu avant d’accomplir leur oeuvre — à chaque fois qu’un Musulman tente de modifier le narratif de base, il devient la cible de Musulmans accusateurs, puis de Musulmans qui émettent des menaces spécifiques, puis, s’il s’obstine, de Musulmans tueurs. Et l’Islam reste l’Islam, excepté bien sûr dans la bouche d’apologistes: il n’est point de mensonges trop beaux sur l’Islam car il est bien sûr toujours beaucoup moins grave de mentir que d’en dire du mal.

Pour réformer l’Islam, il faut un grand débat, très ouvert, et donc une structure très particulière, qui permette à la fois de garantir la sécurité et la crédibilité des participants aux discussions, qui devront forcément remettre en question beaucoup de choses. Cela n’a jamais été possible, mais les technologies de l’information offrent ici des moyens de remédier à ce problème.

Par exemple, l’informatique permet de réunir tous les textes sacrés, dans toutes les langues nécessaires, ainsi que tous les avis de droit s’y référant, et de les mettre à la disposition de tous les participants au débat sur un simple terminal. Pour être expert, il suffit dès lors de consulter l’ensemble, à l’aide d’un moteur de recherche dédié. L’informatique permet aussi de rendre les débats anonymes tout en garantissant que les participants réunissent certaines conditions: par exemple, des examens de passage obligatoires peuvent être proposés aux participants, de manière automatisée, pour empêcher que les débats ne soient entravés par des contributions de niveau insuffisant. Dès lors, les réformateurs auraient réellement droit à la parole. Ils pourraient argumenter avec autorité mais anonymement, de manière à ce que le débat sur la nature de l’Islam ait enfin une chance d’arriver à son terme naturel, sans décès prématuré.

Il ne reste plus qu’à créer le lieu de cette rencontre. Près de La Mecque, bien sûr.

Comments

  1. March 19th, 2007 | 11:23 am

    Bonjour,

    Ce dont vous rêvez existe déjà !

    J’ai des textes à vous fournir aussi bien en Arabe qu’en Français si vous voulez.

    Le vrai problème des réformistes de pure forme, c’est qu’ils veulent réformer l’islam en taquinant les musulmans alors qu’il s’agit de taquiner le Coran+Mahomet. Pourtant la formule que j’ai forgée est bien connue :

    I = M + C (Islam = Mahomet + Coran)

    Avec tous mes respects
    Mohamed Pascal Hilout
    Initiateur du nouvel islam en France

  2. March 19th, 2007 | 11:42 am

    Le vrai problème n’est pas dans l’étude même des textes: le Coran et les textes sacrés islamiques sont des proies très faciles pour un esprit raisonnable. Le problème est la crédibilité de la réforme.

    Tout ce qui fait autorité dans un monde islamique est contre la réforme. Les réformateurs sont donc supprimés dès qu’ils commencent à prendre de l’importance. Il faut donc passer par la base: instruire des millions de Musulmans de l’inanité de leur religion. Avec des preuves plus puissantes et plus véridiques que celles des «savants».

    Cela n’est possible que grâce à un pèlerinage.

  3. Marco
    March 22nd, 2007 | 1:20 am

    A M. Mohamed Pascal Hilout

    Bonne nouvelle que vous ayez réformé les textes du Coran.
    Où peut-on les consulter ? En quelle langue ?
    Ensuite, comment prévoyez-vous d’en parler avec les premiers concernés ?

    Le judaïsme se discute et se délibère depuis des millénaires, les autres religions, plus ou moins récentes bougent. Seul le Coran reste figé, mais si ce n’était que cela, seul le Coran appelle à tuer l’autre…

    Si vous modifiez cela et si vous vous faites entendre par les autorités religieuses, bien des gens vous soutiendront.

  4. March 27th, 2007 | 1:13 am

    Réponse à Marco:

    Mon site est http://nouvel-islam.org

    Réponse à ajmch

    Il est facile de se défausser en disant “tant que ceci ou cela n’a pas été fait, on ne réussira pas à …”, tout en ayant pris soin de vérifier que ceci et cela n’ont justement pas été faits.

    Or, toute idée nouvelle si elle trouve le bon levier peut soulever le monde. Je crois avoir trouvé le bon levier : celui d’Archimède.

    Je vous recommande un de mes textes très court (http://nouvel-islam.org/article.php3?id_article=81) pour que vous voyez que ce que j’entreprend n’a rien à voir avec les réformes du judaïsme et du christianisme.

    Il faut se rendre à l’évidence que l’islam est une tout autre histoire.

    Avec tous mes respects

  5. nabila
    April 1st, 2007 | 3:30 pm

    Je ne crois pas que les musulmans versus islamiques soient mesure de réformer l’islam… Il y a une vague de différents courants qui s’entrecroisent dans l’islam et qui galvanisent les muslims.
    C’est l’Occidebt qui doit d’abord contrôler son territoire pour ses propres valeurs et interdire certaines pratiques (charia, mariage forcé, héritage entre filles et garçons, aposthasie, voile-bruka-nikab-abaya)et la contruction de mosquées et madrassas,
    les prêches (virulentes et politiques),car ils veulent prendre le pouvoir dans les pays arabo-musulmans et des pays riches,ces imams souvent issues de pays ou l’islam est purifié (wahabisme) et les sectes comme les salafistes etc… Beaucoup de familles ont des “ikhouans” parmi elles et se traitent de “kouffars” entre eux! Il faut permettre aux gens d’abandonner cette religion sans qu’ils soient condamner à mort ou qu’ils ne puissent plus retourner dans leur pays d’origine sansrisque. La France n’est pas un modèle, quand elle signe des accords avec des pays islamiques (ex. Maghreb) de respecter le cadre juridique religieux de ces pays sur son territoire! NÉGOCIER…POUR ABANDONNER LA DOUBLE NATIONALITÉ AVEC CES PAYS ORIGINAIRES!! Qui se perpétue de “père en fils” à travers les consulats, car on tolère de leur part la seconde nationalité…
    La réforme passe par le changement des lois coraniques dans les pays démocratiques d’abord, pour donner l’exemple et montrer sa fermeté quand à la diffusion d’un islam rigoriste, le développement humain doit primer dans les pays en développement (alphabétisation massive) et au lieu de chasser l’islamiste en pronant des Etats musulmans, on tourne en rond. Lorsque ceux qui récitent par coeur le coran le comprendront littéralement on pourra discuter (vu que c’est déjà interdit de réfléchir puisque toutesles réponses sontdans le coran).C’est la réaction de l’Occident en se tenant “DEBOUT” qui peut amorcer ce travail de titan! Ne pas laisser les lois divines infiltrées les
    lois des Hommes et le droit. En fait faire le ménage chez soi d’abord!
    Tous politiciens doit lire le coran+les hadiths pour en saisir le sens (comprendre certains de leurs électeurs-concitoyens) pour permettre des décisions éclairées. Réfléchissons pour atteindre les populations analphabètes (malheureusement).