Coordonnées de l'auteurGuide politiquement incorrect de l'IslamComment vaincre l'Islam démocratiquementAccueil

Europe illibérale et Islam intolérable

Splendide réflexion de Gerard Alexander, de l’American Enterprise Institute for Public Policy Research, sur les restrictions croissantes à la liberté d’expression en Europe. Visite guidée.

La liberté d’expression n’est pas absolue, ne doit pas l’être. Elle est limitée, comme le dicte le bon sens, par le danger évident et imminent que certaines expressions font peser sur la communauté:

The most pervasive and durable restrictions meet that test, applying to things like child pornography, false statements that result in demonstrable harm (defamation), the exposure of national security information, commercial fraud, and the proverbial shouting of “Fire!” in a crowded theater.

Mais l’Europe est un cas particulier. Son passé nazi a justifié des lois restreignant toutes sortes d’expressions qui ne génèrent aucune menace immédiate mais peuvent raviver des idéologies dont l’histoire a démontré l’extrême danger. D’où la condamnation à trois ans de prison, par exemple, le 20 février dernier, en Autriche, d’un négationniste notoire:

Journalist Michael Barone probably spoke for more than a few when he said that he “shuddered” at the news of [David] Irving’s imprisonment, “yet I can understand why Austria, like Germany, has laws that criminalize Holocaust denial and glorification of Nazism. History has its claims – heavy ones, in the cases of Germany and Austria.” In other words, criminalizing speech might not be the American way of doing business, but it’s understandably Austria and Germany’s way of dealing with their unique Nazi past.

Jusqu’ici, la situation est nette, raisonnable, quoiqu’insatisfaisante. Cependant, l’auteur discerne trois tendances, se dessinant depuis 1945, qui menacent de gravement éroder les usages démocratiques en Europe:

First, anti-Nazi laws are being adopted in places where neo-Nazism poses no serious threat. Second, speech laws have been dramatically expanded to sanction speech that “incites hatred” against groups based on their religion, race, ethnicity, or several other characteristics. Third, these incitement laws are being interpreted so loosely that they chill not just extremist views but mainstream ones too. The result is a serious distortion and impoverishment of political debate.

Ainsi, les lois créées pour interdire la négation du génocide des Juifs par les nazis en inspirèrent d’autres permettant, par exemple, de condamner l’historien Bernard Lewis qui, dans une interview, avait douté que les massacres de masse commis par la Turquie contre les Arméniens aient résulté d’un projet génocidaire concerté. Il suffit donc maintenant, en Europe, qu’un Parlement ait «décidé» de l’existence d’un certain génocide pour que les doutes exprimés à cet égard, même par l’un des plus prestigieux historiens de notre époque, soient condamnés au nom de l’exception nazie. Les lois qui devaient empêcher spécifiquement une nouvelle poussée de nazisme sont devenues lentement des entraves au débat politique.

De même, et je complète ici la pensée de l’auteur, alors que le nazisme ne fit aucune réapparition notable depuis la dernière guerre, les sanctions prévues à ce titre, incontestables dans leur sens historique et littéral, furent progressivement élargies à de nombreux discours d’extrême-droite, voire de droite tout court. Tout rapport pouvant être établi avec un quelconque aspect du nazisme, est de plus en plus aisément condamné à ce titre dans le discours public. Les néo-nazis ne quittèrent jamais la marginalité, mais le discours antinazis envahit les débats. Et les lois suivirent le mouvement en condamnant les incitations à la haine:

Especially since the 1970s, Western Europeans have been passing bans on speech that “incites hatred” based on race, religion, ethnicity, national origin, and other criteria. These were adopted or beefed up in the 1980s in the face of rising violence against minorities and rising far-right parties like the French National Front. Such laws are now in place in Germany, Austria, Belgium, Sweden, Norway, France, Britain, and elsewhere.

France’s 1972 Holocaust denial law was expanded by the 1990 Gayssot law, which extended sanctions to denial of other crimes against humanity and points of view deemed racist. France’s Conseil Supérieur de l’Audiovisuel monitors broadcasters for any statements that might incite racial hatred.

Earlier British legislation against incitement of racial hatred was expanded in 1986 and was extended again in February 2006, this time to criminalize intentionally “stirring up hatred against persons on religious grounds.”

This is spreading to the European Union level, where a stream of rules now prohibits the broadcast, including online, of any program or ad that incites “hatred based on sex, racial or ethnic origin, religion or belief, disability, age or sexual orientation” or – crucially – is “offensive to religious or political beliefs.”

Certes, les principales procédures juridiques menées à ce titre visèrent des gens dont le discours est aisément assimilable au racisme. Mais le corolaire en est que des déclarations en soi parfaitement justifiées peuvent maintenant être attaquées à ce titre:

Britain’s then-home secretary Jack Straw remarked in 1999 on criminal activity by people many of whom posed as gypsies or “travelers” – hardly a slur on all gypsies even without that qualifier. But a Travelers’ group filed a complaint of inciting racial hatred, prompting a formal investigation and extensive media coverage asking whether Straw was racist.

In 2002, the prominent French novelist Michel Houellebecq was charged with inciting racial hatred in a novel and interview in which he referred to Islam as “the stupidest religion.”

Veteran Italian journalist Oriana Fallaci was motivated by 9/11 to criticize Islam as violent and subversive of traditional European mores. As a result she faced a French attempt in 2002 to ban her book as racist, and she is scheduled to stand trial in Italy in June for statements “offensive to Islam.” One of her accusers, in turn, faces charges for calling the Catholic Church a “criminal organization.”

In May 2005, Le Monde, France’s premier center-left newspaper, was found guilty of defaming Jews in a 2002 editorial that criticized Israeli policies while referring to Israel as “a nation of refugees.” The appeals court found such juxtapositions made Israelis synonymous with Jews, so criticism of the former constituted incitement of hatred against the latter.

After it published a series of controversial cartoons of Muhammad, the Danish newspaper Jyllands-Posten was formally investigated to determine whether the cartoons constituted prohibited racist or blasphemous speech.

L’antiracisme est ainsi devenu une véritable industrie:

Dozens of antiracism groups and self-appointed representatives of religious and other communities, like France’s Movement Against Racism and for Friendship Between Peoples (MRAP) and the Muslim Union of Italy, readily file complaints and suits and sometimes are the direct beneficiaries when fines are imposed.

Their complaints provoke investigations by an alphabet soup of government agencies, like Belgium’s Center for Equal Opportunities and Opposition to Racism and Britain’s Commission for Racial Equality. These in turn feed into the court system.

Et tout cela alourdit considérablement le débat politique. En effet, même si la justice ne condamne guère que des délits sérieux, et si l’on peut trouver positif que les participants au débat public doivent davantage surveiller leur langage, il est tout de même devenu délicat, même pour des gens raisonnables et bien informés, voire profondément érudits, d’émettre un quelconque avis pouvant être conçu comme discriminant ou offensant. Ainsi, il est devenu potentiellement offensant ou préjudiciable de signaler que de graves problèmes de notre temps pourraient provenir de dysfonctionnements culturels bien précis, et auxquels il n’est possible d’apporter des solutions concrètes qu’à condition de commencer par les reconnaître comme tels.

Par ailleurs, on s’aperçoit que ces attaques légalistes typiquement européennes sont volontiers dirigées:

For all the trials on charges of Holocaust denial, it is not clear that anyone has been charged with denial or minimization of crimes committed by Communist regimes. And the laws banning incitement of hatred on grounds of race, religion, ethnicity, or national origin do not ban incitement based on political orientation or economic status. Moreover, these laws protect speech that incites hatred against Americans and some others. And while there have been some convictions of Islamist radicals for inciting hatred against Jews and others, Europeans have been shy to move against the incitement pervasive in Islamist circles.

In other words, Europe’s speech laws are written and applied in ways that leave activists on the political left free to whitewash crimes of leftist regimes, incite hatred against their domestic bogeymen of the well-to-do, and luridly stereotype their international bogeymen, often with history-distorting falsehoods such as fictitious claims of genocide said to be committed by the United States and Israel.

It may be no coincidence that Socialist and extreme-left parties have played central roles in the design of speech laws. The crafter of France’s 1990 Gayssot law, for example, was Jean-Claude Gayssot, a longtime Communist party officeholder. All this matters. It sends an important signal to the broader culture when Hitler is the symbol of evil while Stalin and Mao are given a pass, and when, in effect, Pat Buchanan’s ideas risk indictment while Michael Moore’s are protected.

Ainsi, les lois européennes évoluent vers une situation légale au sein de laquelle les seuls discours politiquement corrects sont ceux de la gauche et ceux attribuant les responsabilités des problèmes du monde à des phénomènes vagues et diffus – pauvreté, analphabétisme, mondialisation – ou à «la droite» – l’Amérique et Israël en tête. Les discours s’écartant de cette ligne sont immanquablement dénigrés, voire violemment condamnés. Or si cela a de quoi décourager beaucoup de gens parfaitement raisonnables de participer au débat, car ils craignent l’opprobre ou le déshonneur, cela n’empêche nullement d’y intervenir les extrémistes de tous bords, qui se moquent bien de la rectitude politique. Et le débat démocratique est la première et la principale victime de cette évolution.

L’auteur constate qu’un nombre croissant d’Européens, surtout à la suite de l’affaire des caricatures de Mahomet, veulent réagir à cette situation et se demandent s’ils ne devraient pas libéraliser totalement le discours politique. Mais:

If they try, they won’t have the backing of international law. The International Covenant on Civil and Political Rights – the code the U.N. Human Rights Committee is charged with enforcing – insists on the banning of “advocacy of national, racial or religious hatred.” They also won’t command the support of the world’s best-known human rights organization. Amnesty International accepts speech laws as legitimate, so it generally excludes from its list of “prisoners of conscience” – that is, people “imprisoned solely for the peaceful expression of their beliefs” – anyone imprisoned for “advocacy of hatred.”

Et, en effet, dans cette optique, la seule solution valable est de se tourner vers l’Amérique et de conclure, comme Gerard Alexander, que

[R]eform-minded Europeans would have the example of U.S. practice, which tolerates even loathsome speech. They would also have the example of a rival human rights organization. Taking a principled stand in the face of a great deal of international practice, Human Rights Watch insists that governments should ban speech only when it “constitutes imminent incitement” to violence and other unlawful acts and urges reform of these laws, including repeal of Holocaust denial laws.

Europeans of all political stripes should want to seize this opportunity to reverse the most dangerously illiberal trend in the world’s advanced democracies. That would cease to make Europe a role model for censorship and restore it as a model of core democratic rights instead, expanding and not contracting its moral authority in the world.

Mais, malgré la justesse de cette analyse, que je ne conteste pas, je continue d’affirmer que la Suisse devrait interdire l’Islam au motif que cette religion est une incitation à la haine. En effet, nous atteignons ici une ligne de démarcation décisive entre le discours politique, qui doit bénéficier de la plus grande liberté possible, et l’appel au génocide. Car c’est cela qu’est la religion islamique – un appel à tous ceux qui y croient et qui en étudient les textes à massacrer, assujettir et convertir les non-Musulmans. Et cela dépasse largement le cadre de ce qu’il doit être convenu d’appeler un débat politique.

Ceci d’autant plus que la haine diffusée par l’Islam est de nature soi-disant religieuse – elle fait appel aux plus puissantes forces de conviction présentes dans la conscience des gens. Les Musulmans, en lisant le coran, les commentaires des érudits les plus respectés, les traditions les mieux authentifiées, les lois consensuelles dans toutes les écoles de jurisprudence islamique, acquièrent la certitude que dieu veut les voir tuer les non-Musulmans, que c’est-là la meilleure action, littéralement, en toutes lettres, qu’ils peuvent faire aux yeux de leur dieu, celle qui leur donnera accès aux plus grandes récompenses, dans ce monde et au paradis. Et cela n’est pas un message marginal ou périphérique d’une œuvre sinon vouée à la réalisation d’une société parfaite, c’en est le cœur, l’essence, le leitmotiv et la vocation première.

Il est extrêmement difficile de briser de telles convictions une fois qu’elles sont installées – il faut pour cela beaucoup de lumière, d’efforts et de temps. Et les tentatives de camouflage de ces incitations, par des interprétations pacifistes modernes extrêmement bancales, ne sont certainement pas de taille – il y a là de quoi convaincre des profanes, et des amateurs de la rectitude politique typiquement européenne décrite plus haut, mais certainement pas des gens qui se penchent sérieusement sur l’Islam. En fait, au-delà des simples ignorants, les défenseurs de la notion d’un Islam pacifique et tolérant ne sont autres, en large majorité, que des islamistes trop lâches physiquement pour recourir au sabre.

Et si, en d’autres temps, où ce genre de divagations seraient très largement reconnues comme telles, elles ne justifieraient pas une interdiction, nous arrivons aujourd’hui à un niveau d’islamisme qui rend indispensable une explosion de la vérité à propos de ce fléau millénaire qu’est le cœur de l’Islam. Il y a vingt-cinq ans, lorsque j’ai pour la première fois étudié l’Islam, la chose me paraissait très puissante humainement, mais politiquement insignifiante, moribonde, agitée tout au plus de soubresauts. Je me trompais. Aujourd’hui, l’islamisme est la plus grave menace pesant sur le monde, ceci tant au niveau stratégique – avec la propagation d’armes nucléaires parmi des fanatiques illuminés tels que le président iranien actuel – qu’au niveau politique, social et moral – avec la montée en puissance de la notion de suprématisme musulman, une immigration largement sauvage et certainement très sous-estimée et des lois archaïques et infâmes que les Musulmans actuels, aveuglés par leur religion, veulent voir réintroduites.

Et si cette menace a pu progresser à tel point depuis lors, c’est en large part parce qu’elle était camouflée, cachée sous de lourds mensonges d’apparence religieuse auxquels tant de gens, notamment en Europe, préfèrent croire parce que le contraire est trop troublant et va trop à l’encontre du consensus politiquement correct qui s’installe toujours davantage dans les législations et les esprits peu épris d’indépendance du vieux continent. Pour briser ce rideau d’ignorance bien-pensante, il faut un débat approfondi. Et la Suisse, au cœur de l’Europe, avec ses traditions probablement mieux ancrées que partout ailleurs de discussions, de consultations, d’études sérieuses, de respect de la démocratie dans ce qu’elle a de plus abouti, se prête parfaitement à un tel débat. Il faut saisir cette chance.

Comments are closed.