Coordonnées de l'auteurGuide politiquement incorrect de l'IslamComment vaincre l'Islam démocratiquementAccueil

La Suisse protège ses Turques (update: ses Turcs)

ATS, via NLZ (23.5.06, fait divers, page 40, pas en ligne):

L’an passé, une jeune femme turque de 21 ans vivant dans le canton de Saint-Gall a été mariée contre son gré à l’un de ses compatriotes, en Turquie. Après son retour en Suisse, sa famille exigea d’elle qu’elle fasse le nécessaire pour préparer la venue de son mari. Celui-ci arriva en avril 2006 et reçut une autorisation de séjour.

Mais la jeune femme se refusa à vivre cette union avec son «élu». Son mari l’aurait alors menacée de mort. Selon le Ministère public, la jeune femme aurait également subi des contraintes de la part de sa famille. Ces menaces ont été prises au sérieux.

Il y a deux semaines, la jeune femme porta plainte contre son mari et sa famille pour contrainte. À la suite de quoi le Ministère public fit mettre son père de 46 ans et son mari de 25 ans en détention préventive. Ensuite, l’Office des étrangers décréta l’expulsion des deux hommes et les fit renvoyer en Turquie. Le mari se vit infliger une interdiction de séjour de cinq ans, et le père devra lui attendre dix ans pour pouvoir revenir en Suisse. L’Office des étrangers examine la possibilité de prendre également des mesures policières envers les autres membres de la famille.

Cette réaction rapide et efficace fait honneur aux autorités saint-galloises. Il faut cependant relever que si les informations de ce type étaient plus généreusement diffusées par la presse, les jeunes femmes affrontant des situations analogues en Suisse seraient en meilleure posture face à leur famille, présente ou future.

8 juin 2006
Une commission hollandaise estime que le phénomène est fréquent aux Pays-Bas:

Forced marriage occurs frequently in the Netherlands, an advisory commission told minister of Foreigner Affairs Rita Verdonk today. ‘Forced marriage is a serious breach of the personal integrity of the victim,’ the commission said in a report.

Forced marriage was not an isolated phenomenon but part of a broader pattern that included domestic violence, honour-related violence and the abandonment of women in the country of origin.

4 septembre 2007
Le père avait fait recours de la décision:

Le service des étrangers du canton de St-Gall a eu raison d’expulser un Turc en mai 2006.

L’homme de 46 ans avait menacé de mort sa fille car elle ne voulait pas vivre avec le mari qu’il lui avait choisi.

L’homme qui a vécu légalement durant 26 ans en Suisse avait fait recours. Le Tribunal administratif de St-Gall l’a refusé. Son comportement n’était pas compatible avec les valeurs fondamentales de la Suisse. De plus, l’homme n’était pas suffisamment intégré. Il ne comprenait par exemple pratiquement pas l’allemand, a écrit la cour mardi.

12 juillet 2008
Le père obtient gain de cause. La femme aurait menti:

Le Tribunal fédéral avait déjà en mars remis à l’ordre les autorités st-galloises et levé l’ordre d’explusion de cet homme de 48 ans. Le père de famille avait récupéré son permis d’établissement et était revenu en Suisse. Selon le verdict du Tribunal de district de St-Gall, il est acquitté de toutes les charges à son encontre. (…)

La mère et l’ancien mari de la jeune Turque ont aussi été blanchis. La présumée victime a inventé l’histoire de mariage forcé et de risque de crime d’honneur. Elle a déjà été condamnée pour avoir menti à la justice.

Bémol: Le procureur n’était pas présent lors du rendu de cet arrêt, qu’il dit ne pas pouvoir s’expliquer. Il a demandé une motivation écrite.

Comments

  1. October 28th, 2006 | 1:31 pm

    [...] 2. Il est illusoire de fonder l’argumentation contre l’Islam sur la condition sociale et familiale de la femme (l’excision et les crimes d’honneur restant bien sûr traités comme les crimes majeurs qu’ils sont) – il est trop facile de trouver des Musulmanes suffisamment endoctrinées pour accepter les dogmes humiliants de l’Islam ordinaire; en échange, peut-être, du bien-être intellectuel douteux que leur procure l’appartenance à la meilleure des communautés. [...]