Coordonnées de l'auteurGuide politiquement incorrect de l'IslamComment vaincre l'Islam démocratiquementAccueil

Le meilleur profilage est confessionnel – il faut en convaincre la justice

Évolution symptomatique – c’est en Allemagne, où pourtant la population est très consciente des dangers liés à l’islamisme (83% estiment que l’Islam est dominé par le fanatisme; 40% soutiendrait des limitations légales à la pratique de l’Islam), que la justice fournit ses meilleurs efforts pour empêcher un profilage efficace des auteurs potentiels d’actes terroristes. La Cour constitutionnelle allemande vient en effet de déclarer illégal le profilage de terroristes potentiels s’il n’est fondé que sur des soupçons, sans preuves concrètes:

This sort of profiling search will only be possible if regional police and interior ministers are able to prove that there’s concrete evidence that a terrorist attack is being planned,” he [Karl-Dieter Möller, the legal affairs correspondent for German public broadcaster ARD] said. “In other words, they’d have to prove that such a threat exists for this or that day or week, or that a threat is unambiguously linked to a certain football fixture. And we’re talking about hard evidence. That is, a mere suspicion or probability that something might happen will no longer be sufficient to justify profiling.

Les officiels du syndicat de la police affirment que ce jugement va rendre pratiquement impossible tout traitement efficace des menaces terroristes. Et le ministre bavarois de l’Intérieur, Günther Beckstein, parle de «journée noire pour la lutte contre les attentats terroristes».

Et pourtant, quel est le point commun le plus évident, le plus récurrent, le plus constant, le plus lourd de sens réunissant les terroristes, suicidaires ou pas, s’attaquant aujourd’hui aux pays occidentaux, sinon les convictions tirées des textes sacrés islamiques, soit la foi en la justesse des paroles et des actes du prophète Mahomet?

Si ce fait, pourtant si douloureusement manifeste, était pris en considération par les tribunaux, et par la police, le facteur de profilage de loin le plus décisif pourrait être enfin pleinement exploité, et la lutte contre le terrorisme en serait rendue considérablement plus efficace. Il est vrai que la chose est délicate, et risquée. Mais elle n’en est que plus nécessaire. Et elle a des pionniers qui méritent largement que l’on perpétue leur effort.

Comments are closed.