Coordonnées de l'auteurGuide politiquement incorrect de l'IslamComment vaincre l'Islam démocratiquementAccueil

«Tous les médias qui interviewent encore Calmy-Rey discréditent leur indépendance journalistique»

Cette déclaration constitue le titre de l’éditorial de la Weltwoche (abonnés seulement) de cette semaine.

L’hebdomadaire suisse alémanique, n’ayant pu obtenir aucune déclaration de notre ministre des affaires étrangères, Micheline Calmy-Rey, depuis des années, selon son rédacteur en chef et éditeur Roger Köppel (également ancien rédacteur en chef de Die Welt), a décidé, en désespoir de cause, de lui offrir carte blanche: deux pages pour s’exprimer librement à propos de sa politique iranienne. Sans retitrage, sans encadré, sans question critique, sans rien.

Micheline Calmy-Rey fit alors savoir, exceptionnellement, qu’elle ne répondrait positivement à cette invitation sous aucun prétexte. Et elle interdit également à tous les hauts fonctionnaires sous ses ordres de prendre position pour la Weltwoche.

(Raison invoquée: un article réalisé par un auteur de la Weltwoche à son sujet et publié il y a cinq ans. Mais l’auteur en question ne travaille plus pour la Weltwoche depuis quatre ans et le portrait incriminé avait également été publié ailleurs que dans la Weltwoche.)

D’autre part, Roger Köppel a appris que Micheline Calmy-Rey n’a accepté de donner une interview à la télévision suisse romande, le week-end dernier, qu’après avoir reçu l’assurance que l’entrevue ne serait «pas très confrontative». Nous savons donc que l’interview que Mme Calmy-Rey ne manquera certainement pas de donner prochainement à l’un ou l’autre média sur l’affaire iranienne ne sera pas non plus «très confrontative»…

UPDATE: Le Matin s’y colle.

Comments are closed.